Lifestyle

S’entraîner à jeun, pour quoi faire ?

ajeun

L’entraînement au petit matin fait de plus en plus d’adeptes, et pour éviter les écueils liés à la prise trop tardive d’un petit-déjeuner, sportifs et sportives font le pari – osé – de sortir à jeun. Cela est-il dangereux ? L’entraînement à jeun impacte-t-il les performances ? Faites le plein d’infos pour savoir si le sport à vide est une bonne idée.

Le sport à jeun fait maigrir plus vite : VRAI ET FAUX

Si le sport est généralement bénéfique à votre métabolisme, la pratique sportive à jeun favorise en effet la lipolyse, c’est-à-dire l’utilisation des réserves de graisse pour fabriquer de l’énergie. Logique, puisque l’organisme ne peut pas compter sur les réserves de glucides pour vous emmener vers l’infini et au-delà.

Attention cependant à ne pas confondre épuisement des masses graisseuses et amaigrissement qui, s’il s’agit de deux phénomènes corrélés, ne font pas du deuxième la conséquence du premier.

L’entraînement à jeun devient plus facile avec le temps : VRAI

Sans surprise, votre corps finit par s’habituer à ces séances d’entraînement un peu particulières. Néanmoins, on vous conseille d’y aller progressivement car cet effort est, au début, violent et stressant : commencez par des séances courtes (20 à 30 minutes).

Pour ne pas solliciter plus que de raison votre métabolisme et accentuer la fatigue physique, les spécialistes recommandent par ailleurs de ne pas excéder plus de deux séances à jeun par semaine. Et puis entre nous, le petit déj’… ah quel plaisir !

Le sport à jeun est utile à toutes les disciplines : FAUX

Pour profiter des bienfaits de l’entraînement à jeun, les professionnels de la santé préconisent une séance autour de 60% de votre VO2 max, privilégiée dans les sports d’endurance. En deçà d’une heure, les études démontrent par ailleurs que les effets du sport sur l’estomac vide sont limités.

Par ailleurs, habituer le corps à effectuer un effort – bien que modéré – à jeun lui permet de mieux appréhender les fringales inhérentes aux disciplines de longue durée. À intégrer à la préparation de votre prochain marathon, donc.

Pratiquer le sport à jeun ne réduit pas les risques d’hypoglycémie

Bien au contraire ! Le corps a beau s’accommoder de fournir un effort à jeun, il n’est pas impossible que vous rencontriez une fringale, ou pire, une crise d’hypoglycémie au cours de votre séance. Et comme il vaut mieux prévenir que guérir, on vous recommande de bien dîner la veille au soir.

Mieux encore, ayez toujours avec vous un gel à absorber dès les premiers symptômes de l’hypoglycémie. Enfin, gardez votre téléphone portable à portée de main et ne vous éloignez pas trop lors de vos sorties à jeun. Qui veut voyager loin… ménage son estomac.

Le sport à jeun améliore les performances : FAUX

En tout cas, pas systématiquement. On observe en revanche une dégradation des performances à jeun lorsque la VO2 max excède les 70% à 80% : à cause des montées d’acide lactique, la fatigue musculaire se fait ressentir bien plus vite. Les acides aminés sont quant à eux détournés de leur mission principale de construction et régénération des tissus musculaires.

En d’autres termes, si courir avant votre petit-déjeuner a des effets positifs sur votre capacité à “puiser dans les réserves de graisse” et vous aiderait à mieux gérer les fringales, ne comptez pas dessus pour exploser votre chrono. Une petite collation avalée une heure avant vous sera bien plus bénéfique. Certes, cela implique d’avancer votre réveil, mais l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt !

Anonyme