Nutrition

4 raisons de sortir sa carte cheat meal !

cheatmeal

Vous mangez sainement toute la semaine mais culpabilisez à la moindre part de brownie ? On a une bonne nouvelle à vous annoncer : désormais, vous ne bouderez plus votre plaisir avec le cheat meal, un repas décomplexé et gourmand au cours duquel il n’est pas interdit de se lâcher… bien au contraire ! Explications.

  1. C’est bon pour le moral

Si, comme nombre de CMG addicts, vous faites attention à votre alimentation, il peut rapidement être difficile de s’y retrouver dans les menus des restaurants. Souvent trop gras, trop sucrés, trop salés, comme le dit le fameux slogan. Afin qu’un dîner au resto avec votre bande de copains ne soit pas un parcours du combattant, sachez que 1. avec le cheat meal, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas y aller, 2. vous pouvez retrouver nos adresses healthy MAIS gourmandes dans cet article.

En effet, le cheat meal permet de retrouver en toute décontraction le lien social qu’il manque parfois entre des personnes suivant une alimentation différente. Rien de tel après une semaine éreintante de se détendre en bonne compagnie autour d’un hamburger-frites, d’une pizza quatre fromages ou, pourquoi pas après tout, d’un cassoulet. Bon appétit !

  1. C’est bon pour l’organisme

Votre corps est vraiment intelligent : il sait activer le mode veille afin de ne pas brûler les réserves énergétiques dont il dispose. Parfois, ce mode veille lui impose de ne plus sécréter certaines hormones, comme la leptine, également appelée hormone de la satiété, afin de ralentir le métabolisme.

Grâce au cheat meal, votre organisme va bénéficier d’un repas riche en calories qui va alors stimuler la sécrétion de ces hormones et vous permettre de rester fit sur le long terme. Par ailleurs, les cheat meals permettent de régénérer votre réserve de glycogène. Ce glucide est stocké par les muscles puis libéré sous forme de glucose lors d’un effort. Utile, non ?

  1. C’est bon pour… votre alimentation

 Vous faites attention à ce que vous mangez, vous avez fait des réserves de quinoa, d’amandes et de fruits et légumes frais et de saison. Pourtant, paf, sous votre nez : un paquet d’oursons en chocolat qui vous fait de l’œil. Cinq minutes plus tard, il n’en reste rien. On vous comprend, ils sont irrésistibles.

Au lieu de culpabiliser, vous pouvez utiliser le cheat meal comme sas de décompression, réduisant ainsi considérablement les risques de craquage compulsif le dimanche soir devant votre télévision. Il peut par ailleurs être considéré comme une récompense aux efforts que vous aurez fournis tout au long de la semaine dans votre CMG Sports Club favori.

  1. C’est bon… si on respecte certaines règles

L’objectif d’un cheat meal n’est pas d’obtenir le record du monde du plus grand nombre de cheeseburgers engloutis en dix minutes. Votre organisme pourrait d’ailleurs ne pas comprendre l’information qui lui est transmise subitement si cela ressemble à une orgie alimentaire. Autrement dit, on oublie tout ce qui est intrinsèquement mauvais pour la santé : pas de graisses hydrogénées ou saturées par exemple.

Pour que votre cheat meal demeure efficace, un rythme d’un à deux par semaine suffit à vous faire plaisir sans mettre à mal votre estomac ou l’objectif que vous poursuivez. C’est ce que l’on appelle le 90/10 : 9 repas légers pour 1 cheat meal. Le cheat meal c’est un peu comme votre happy meal… le jouet en moins !

Anonyme